#RestezChezVous,  Associatif,  C.S.I.,  Contention chimique,  Covid-19,  Droits des Femmes,  Hospitalisation,  Journal personnel,  La vie en psy,  Pensée,  Projets,  Réseaux sociaux,  Sauvons nos enfants,  Tribune

Colère ? Même pas.

5 minutes de lecture

N.B. :

Mise à jour 4
Bonjour, j’ai appris ce matin que nos uni­tés, préa­la­ble­ment envi­sa­gées comme futures uni­tés psy-Covid-19, ne seront pas concer­née. Une autre uni­té est concer­née et c’est dans celle-ci que les por­teurs seront pris en charge ; c’est aus­si là-bas que Mme Montet a été assi­gnée comme psy­chiatre au sein d’une struc­ture de crise impro­vi­sée. Je l’ap­prends jus­te­ment d’une autre psy­chiatre que cette der­nière, ma psy­chiatre réfé­rente, bien mieux lunée, qui semble être dans la bonne humeur et la bien­veillance. Je fais tou­jours par­tie, comme la plu­part des patients, de celles et ceux qui attendent une place en cli­nique, les refus s’a­vé­rant nom­breux pour l’ins­tant. Je souffre d’une escarre pla­cée vers l’is­quion gauche vieille de 11 mois com­pli­quée par une ostéite qui devait être trai­tée chi­rur­gi­ca­le­ment, chose impos­sible depuis le confi­ne­ment. C’est la rai­son pour laquelle il reste très dif­fi­cile de trou­ver une place ailleurs pour moi. Nous serons au moins épar­gné par le Coronavirus, même si nous avons à Rosa Parks un cas de Covid-19 en qua­ran­taine, trai­teé avec soin. Reste à savoir ce qu’on fait de la mise à dis­po­si­tion de l’in­for­ma­tion qui nous concerne en psy­chia­trie, et pas seulement…
Ma psy­chiatre m’a assu­rée qu’on avait, selon son ini­tia­tive, fait la demande de pré-admis­sion pour une entrée dans une dizaine de cli­nique. Encore une erreur de com­mu­ni­ca­tion au sein même d’une uni­té de 30 patients… « Que font-ils pen­dant les trans­mis­sions ? », c’est la ques­tion que l’on est nom­breux à se poser depuis tou­jours. Toujours plai­sant de voir qu’on tra­vaille vrai­ment à une entente entre col­lègues et une infor­ma­tion du soi­gné éclairée. 

Voir ici les mises à jour de l’ac­tua­li­té Covid-19 de notre service.

Après un saut de quatre étages le 9 novembre 2018, je marche lon­gue­ment sans fau­teuil, ni déam­bu­la­teur, ni béquilles depuis… aujourd’­hui. 30/​03/​2020.

Colère ? Même pas. Un peu. Fatigue sur­tout. Contre qui ? Les res­pon­sables ? L’État ?! L’État c’est Lui. Amen, mon Dieu. Hors-controle que ce passe-droits écu­lé. J’ai du res­pect pour la cause homo­sexuelle et n’ai donc pas oublié de mettre, de lettre, par­don. Sentiments d’in­jus­tices ? Un terme pour les nour­rices d’en­fants simples, pour les psy­chiatres à trois sous, pour les jour­na­listes people, les chro­ni­queurs des chan­ge­ments socié­taux en vogue. « Son pro­cès est repor­té. », je ne vois qu’une anec­dote pour pilliers de bars. Et je repense au temps de mon alcoo­lisme guille­ret… Whisky-Coca. Pas oublié, ça !


Trop de tra­vail ? épui­se­ment ? Plus jamais, j’en rede­mande. Je veux être, à ma petite échelle, utile aux vrais sacri­fiés, ceux qui se mettent vrai­ment en colère devant une voi­ture de métro médu­sée. Un risque pour la grand-mère qui vit seule à la cam­pagne ? Connaît-on si peu sa chance ? Peut-être ? Celle d’être loin de tout, loin des cons, loin des auto­routes Vinci, loin des caves de cités, loin des aéro­ports (Vinci).


Non. Non. Non !

#NoFilter


Notre uni­té psy­chia­trique se vide pro­gres­si­ve­ment et per­sonne ne vous dit pour­quoi. Vous êtes hos­pi­ta­li­sé depuis 9 mois et quelques dans un ser­vice où la notion de res­pect du patient et celle de confort sont condam­nées à deve­nir vos idéaux pour un Hôpital fran­çais meilleur et plus digne, et qui a plus de moyens. Lui qui existe déjà mais qui ne vous est pas acces­sible. Quelle moyenne Mme Buzin ! Parce que fou. Borderline, « bipo­laire », « schi­zo­phréne », « quelque part sur le spectre autis­tique ». Vous enten­dez ? Fous. De pure folie, qu’on lie aux mains, qu’on entor­tille dans les combles, qu’on noie dans les douves. Par Jupiter, où ai-je la tête ? Enfin, qu’on écrase.


De l’in­for­ma­tion ? Des feuilles A4 impri­mées négli­gem­ment, rédi­gées sans idée ou même concep­tion des attentes et de l’en­ten­de­ment des des­ti­na­taires, qui occupent les lieux à 30 mètres pour­tant… Et BFM TV en boucle. C’est-à-dire tout sauf de l’in­for­ma­tion. Du diver­tis­se­ment docu­men­taire ? Même pas. Pas même un clip Brut. Pas même une péti­tion mal­ve­nue sur le drame des dro­ma­daires en temps de crise pla­né­taire, alors qu’a­vec une bosse hydro-alcoo­lique, on en net­toie des mains, on en sau­ve­rait des vies.


Étonnement ? Aucun. Le ser­vice où j’ha­bite de fait   depuis 9 mois, avec Marguerite Chossart et deux autres pen­sion­naires au long cours, va être, en quelques jours, trans­for­mé en une uni­té de soins d’ur­gences exclu­si­ve­ment (ou presque) occu­pée par des patients atteints de troubles psy­chiques et por­teurs du Coronavirus Covid-19. Et vous dedans ? « Pas de sor­tie en cli­nique de pré­vue pour vous ». Vous resterez.


Là, chez vous ! sur le lieu même de vos ébats thy­miques pas­sés, sur le ter­rain même qui hante votre site web asso­cia­tif, là où tous les débats des fon­da­teurs et seuls futurs adhé­rents, pour l’ins­tant, prennent corps. Là où le « fiel », comme l’a carac­té­ri­sé Mme Montet, ma psy­chiatre et chef de cabi­net-ser­vice, par­don, de C.M.P., d’u­ni­té du pôle de psy­chia­trie Paris-centre, mépri­sante et d’une humeur abjecte pour les faibles et de conni­vence avec les forts-en-thème (je sais de quoi je parle, j’ai été les deux), femme intel­li­gente et aimable, a pris de l’é­lan pour ser­vir aux autres, et un peu à soi aus­si. Pour que Justice des fous répare, un chouilla, pour que ces patients insul­tés par des aides-soi­gnantes hys­té­riques, entre autres attro­ci­tés, cou­chés et délé­biles sur les papiers offi­ciels de la cohorte des gref­fiers ava­chis sur leur machine et au garde-à-vous devant le juges des liber­tés, soit enfin faite. Soient enfin libres ?

#Amis


Justice des Hommes ? Oui. Pour qui ? Probablement pour ceux qui ont déjà tout gagné avant la bataille. Qui sont « très malades », qu’on cloue ou qu’on plaint dans un sur­saut d’empathie pour les enfoi­rés. Les miettes ? Pour les pages. Non, per­sonne n’é­cris des­sus, sinon l’his­toire des vain­cus, avec bord à pad­ding et let­trine devant, eux : ils portent les lour­deurs des bour­geois san­glo­teurs. Des pages. Des punaises de cabi­nets, si l’on accepte la com­pa­rai­son cli­nique ou avec un peu l’emportement d’un ento­mo­lo­giste galliard.


Puis la mort. Celle dont per­sonne ne parle. Des amis. Deux en trois semaines. Six en 8 ans. Sept sui­ci­dés, un meur­trier tendre, Justice est faite mon Appolon ! Pas de seconde chance. Pas même de pre­mière. Et les der­niers finissent der­niers, toujours…


La mort encore, qui frappe comme une vipère. Avec toute ma ten­dresse, je t’au­rais tor­du le cou. Mais tu n’est que cou. Avec un début et une faim. Comme toi Macron. Avec un début et une faim. Comment est-elle ? Ma chère blan­quette, elle est belle. Elle gou­verne à ta place. C’est beau cette his­toire mille fois sou­li­gnée à la télé, le pou­voir pour l’homme, le der­rière pour la femme. Bon, comme ça à pre­mière vue, pas très noble. Mais atten­dris­sant. Et les homo­sexuelles se tapent la part du lion, et elles ont bien rai­son. Fichtre. Elle ont bien raison.


Comment sera ta fin Emmanuel ? Personne n’y assis­te­ra, tu te caches par­tout et te montre cepen­dant. On y ver­ra que du feu, ne t’in­quiète pas. Les infir­mières et infir­miers ? Tous les soi­gnants confon­dus ? Intra, extra-hos­pi­ta­liers ? Les agri­cul­teurs ? Les géné­ra­listes débor­dés, ceux qui font des listes « On ne vous oublie pas. » ? Ceux qui pos­sèdent et dépos­sèdent ? Ceux qui croient ? Ceux qui crachent sur les tombes, se piquent, se réhy­dratent à l’eau de Seltz ? Ceux qui se damnent pour un cana­pé au éclats d’a­mande, gen­tille­ment ? Ceux qui conduisent, uti­li­taires, vélo Deliveroo, taxi et Ubers ? Ceux qui jouent, ceux qui codent ? Ils n’ont pas besoin de se cacher ! Ils vivent M. Macron. Ils vivent et n’en ont plus rien à foutre de vos élans théatreux.


Ceux qui peste, ceux qui colè­ra, là sous le col, ceux qu’on intube ? Vos morts Macron. Les nôtres, votre très grande faute. Votre fin ne se ver­ra pas. Vous êtes déjà invi­sible. « Pas voyable ! » Fini. Comme toutes ces vies cou­ra­geuses. Je plains tout ministre, tout délé­gué syn­di­cal, tout oppo­sant, tout cœur à prendre qui n’est pas pris. Vous leur men­tez encore. Agnès a pleuré.


Et les trans alcoo­li­sées que vous faites sem­blant d’ai­mer ? Vous ne pou­vez que faire sem­blant. Ça n’est pas une faute, c’est une nature. Ça n’est pas une fin, c’est une voilure.


Mettez les bouts. De ficelle Monsieur le Président de la République, de ficelle. Et pre­nez-le, large.


Stanislas Dejoie

Moteur, actions, nerfs… bon­jour Manu.

Stan Printer

Poète et essayiste amateur. Féru de technologies, de toutes créations artistiques. Connait la psychiatrie comme patient borderline depuis 24 ans. Souhaitant ici apaiser le dialogue entre toutes parties de la psy moderne et faire rencontrer des mondes qui s'affrontent ou s'ignorent. Prêt à dénoncer toute injustice subie par les malades psychiques quel que soit leur mode de prise en charge. Amoureux du genre humain.

Commentez dingue !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.