Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses) 1
Entretien,  Études,  Humaniste,  Passion,  Psy & plus,  Témoignage,  YouTube

Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses)

17 minutes de lecture

Stanislas Dejoie •— Bonjour Carlos, vous avez fait des études de kinésithérapie (4 ans), d’ostéopathie (5 ans) et d’ergothérapie (3 ans). Par quelle formation dans ce long cursus avez-vous commencé, et comment ce qui semble être d’une grande complémentarité mais représentant des études beaucoup plus longues vous a forgé en tant que kiné en Soins de suite et réadaptation, ici, à l’Hôpital national de Saint-Maurice ?


Juan Carlos Delgado •— J’ai commencé par la kinésithérapie (trois ans). J’ai toujours aimé aider les gens. J’ai vu dans ce métier l’opportunité d’apporter mon grain de sable à la santé des autres. Au final et comme tout étudiant, j’ai senti qu’il me manquait encore des connaissances (et un manque bien sûr d’expérience), notamment dans le domaine de la psychologie que j’aimais tant, et de l’approche du patient que je considère comme essentielle pour tout professionnel de santé.

Comencé con la Fisioterapia (tres años) porque siempre me ha gustado ayudar a la gente. Vi en esta profesión una oportunidad de aportar mi grano de arena en la salud de los demás. Al acabarla y como todo alumno, sentí que me faltaban bastantes conocimientos (y por supuesto experiencia), sobre todo en el plano de la psicología que tanto me ha gustado y el abordaje del paciente, que considero esencial para cualquier profesional de la salud.

J’ai voulu approfondir et sans abandonner la ligne de la rééducation et de la qualité de vie, j’ai donc étudié l’ergothérapie. Ce fut une belle découverte car elle m’a appris la santé avec une approche bio-psycho-sociale qu’aucune autre formation ne m’a donné à ce jour.

Quise profundizar y sin abandonar la línea de la reeducación y la calidad de vida curse los estudios de Terapia Ocupacional (tres años). Fue un gran descubrimiento porque me enseño la salud desde una parte bio-psico-social que ninguna otra formación me ha dado hasta la fecha.

La conception de l’être humain et le grand potentiel de ses activités de la vie quotidienne, leur relation avec l’environnement qui les entoure. L’importance des habitudes, des rôles et des intérêts si essentiels pour comprendre, évaluer et travailler avec la maladie, que ce soit dans le domaine physique comme dans le domaine cognitif.

La concepción de ser humano y el gran potencial de sus actividades de la vida diaria, su relación con el ambiente que le rodea. La importancia de los hábitos, roles e intereses tan imprescindibles para comprender, valorar y trabajar con la enfermedad ya sea en el terreno físico como cognitivo.

Ensuite, il était clair pour moi que je devais me rendre en France (Paris). Deux ans plus tard, une fois installé et ayant exercé dans différents services hospitaliers en tant que kinésithérapeute, j’ai décidé de commencer des études d’ostéopathie à Madrid.

Cinq années frénétiques combinant mon travail de kinésithérapeute à Paris, et des cours et des examens à Madrid. J’étais toujours passionné par l’idée de comprendre le corps dans son ensemble.

Je devais améliorer ma capacité de diagnostic, mon raisonnement clinique, gagner en finesse pour traiter et savoir écouter avec mes mains. Non seulement accroitre mes connaissances musculo-squelettiques ou structurelles, mais aussi la sphère crânienne et le système viscéral. Une méthodologie précise d’évaluation et de diagnostic. Loin des chimères qui ont tendance à être associées a ce métier précisément quand il est méconnu. L’equilibre entre spécificité et globalité.

Después tenia claro que tenia que irme a Francia (Paris), y dos años después una vez asentado en la práctica laboral en diferentes servicios hospitalarios como fisioterapeuta. Decidí inscribirme en los estudios de Osteopatía, en Madrid. Cinco años frenéticos combinando mi trabajo como fisioterapeuta en Paris, con las clases y exámenes en Madrid. Me seguía apasionando la idea de entender el cuerpo como un todo. Necesitaba mejorar en capacidad diagnóstica razonamiento clínico, de ganar finura para tratar y saber escuchar con las manos. No solamente de conocimientos en la parte musculo-esquelética o estructural, sino también desde la esfera craneal y el sistema visceral. Una metodología de evaluación y diagnóstico precisa. Lejos de las quimeras que suelen arrojarse a la profesión precisamente cuando se desconoce. El equilibrio entre especificidad y globalidad.

La kinésithérapie m’a montré cette grande voie qu’est la rééducation en santé. L’utilisation d’agents physiques, de l’électrothérapie, du massage, entre autres méthodes ou éléments importants que nous pouvons utiliser pour améliorer la vie de nos patients. Je dis toujours que c’est la clé de la qualité de vie.

La fisioterapia me abrió el extenso camino de la salud en reeducación. La utilización de los agentes físicos, la electroterapia, el masaje entre otros materiales, métodos o elementos importantes de los que podemos servirnos para mejorar a nuestros pacientes. Yo siempre digo, que es la madre de la calidad de vida.

L’ergothérapie humanise davantage l’approche avec les patients. Cela a changé complètement ma vision de la santé et de la maladie. J’ai vraiment appris à adapter le traitement, axé sur un objectif qui a du sens pour le patient. A partir des activités de la vie quotidienne, en tenant compte des rôles, des habitudes et des intérêts de chaque patient. Cela m’a aidé à comprendre l’équilibre nécessaire entre la nature corporelle, psychologique et sociale. Être capable de travailler indistinctement sur des problèmes physiques et cognitifs (que ce soit les membres supérieurs ou les inférieurs bien sûr).
Des concepts aussi importants que l’indépendance ou l’adaptation à la maison. Approfondir des connaissances en psychologie et en psychopathologie. Indispensables pour rééduquer dans n’importe quel domaine.

La terapia ocupacional humanizo aún más el abordaje con mis pacientes. Me hizo cambiar completamente la visión de la salud y la enfermedad. Aprendi realmente a adaptar el tratamiento a objetivos enfocados a un fin con significado para el paciente. Desde las actividades de la vida diaria teniendo en cuenta los roles, hábitos e intereses de cada paciente. Me ayudo a comprender el necesario equilibrio entre lo corporal ,lo psicológico y nuestra naturaleza social. Para poder trabajar indistintamente tanto en problemas físicos o cognitivos. Tanto de miembro superior como inferior. Conceptos tan importantes como la independencia o las adaptaciones en el hogar. Profundizando en conocimientos de psicología y psicopatología. Esencial para reeducar desde el ámbito que sea.

Enfin, l’ostéopathie m’a appris à raisonner cliniquement. Evaluer et relier tous les systèmes du corps dans son ensemble. À être plus précis, s’il est nécessaire, à mieux m’adapter au patient sans avoir à traiter ce que le corps sait déjà faire par lui-même. À approfondir l’anatomie, la physiopathologie, le diagnostic différentiel et ostéopathique. A apprendre aussi de la capacité de diagnostic aussi précieuse que de savoir écouter avec ses mains.

Por último la osteopatía, me enseñó a razonar clínicamente. A valorar y relacionar todos los sistemas del cuerpo como un todo. A ser preciso si es necesario, de adaptarme mejor al paciente, sin necesidad de entretener lo que ya el cuerpo hace por sí mismo. Profundizar en la anatomía, fisiopatología, el diagnóstico diferencial y osteopatico. A aprender también de la capacidad diagnostica tan valiosa como es saber escuchar realmente con las manos.

Ce que je suis à Saint-Maurice, c’est simplement un thérapeute essayant d’aider les autres sans perdre le sens de l’écoute, de la réflexion et du toucher (qui se perd de nos jours, étonnamment) : donner la préférence à une approche humaniste qui m’a sans aucun doute donné les meilleurs résultats. De la globalité sans perdre de spécificité lorsque c’est nécessaire. Savoir que l’indépendance du patient est l’objectif principal. Mettre la prévention en avant comme alliée majeure, adapter l’approche à chaque cas (je n’aime pas les protocoles) et sans rendre personne, autant que possible, dépendant d’un thérapeute, médecin, institution ou d’une thérapie.

Lo que soy a St. Maurice es simplemente un terapeuta que intenta ayudar a los demás sin perder el sentido de la escucha, la reflexión y el tacto. Dando preferencia a un enfoque humanista que sin duda me ha dado los mejores resultados. Desde la globalidad sin perder la especificidad cuando es necesario. Sabiendo que la independencia del paciente es el objetivo principal. Haciendo hincapié en la prevención como mayor aliado, adaptando el abordaje en cada caso(no me gustan los protocolos) y sin hacer a nadie dependiente en la medida de lo posible de ningún terapeuta, médico, institución o terapia.


Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses) 2

S. D. •— Comme moi, peut-être que d’autres patients, soit venant d’Esquirol (de nombreuses unités de psychiatrie située dans cet autre hôpital exclusivement psy, attenant au H.N.S.M.), soit n’étant pas passé par là mais vous confiant avoir une pathologie psychique ont été pris en charge par vous. Qu’est-ce qu’une approche ergothérapeutique, plus axée sur les liens entre le corps et l’esprit, apporte en supplément d’une simple prise en charge en kiné ?


J. C. D. •— Dans la pratique, aussi bien dans les hôpitaux que dans les cliniques, un certain « rejet » ou inconfort thérapeutique est encore observé lorsque l’on parle d’approcher des patients souffrant de maladies psychiatriques ou de troubles de la personnalité associés à des problèmes physiques, de la part des collègues kinésithérapeutes, surtout en dehors de tout service de psychiatrie. D’après mon expérience des dix dernières années, c’est quelque chose qui a retenu mon attention. Il y a un certain inconfort. Un manque de patience se manifestant simplement par le fait de ne pas savoir comment parler au patient. On a donc tendance à faire la grosse erreur de les mettre tous dans le même sac thérapeutique. Je comprends que le manque de préparation de base dans le domaine de la psychiatrie ou de la psychologie, de la part de la kinésitherapie dans les universités, pourrait conduire à la « crainte » d’approcher correctement ces patients.

Se sigue observando en la práctica tanto en hospitales como en clínicas, un cierto “rechazo” terapéutico o malestar cuando hablamos de abordar a pacientes con enfermedades psiquiátricas o trastornos de personalidad asociado a problemas problemas físicos, por parte de compañeros fisioterapeutas, sobre todo si salimos de cualquier servicio de Psiquiatría.
En mi experiencia durante estos últimos diez años, es algo que me ha llamado mucho la atención. Se observa cierta incomodidad. Una falta de paciencia manifiesta por no saber simplemente como hablar al paciente. Por lo que se tiende a cometer el gran error de meterlos a todos en el mismo saco terapéutico.
Quiero entender que la falta de preparación de base en el campo de la psiquiatría o psicología, por parte de la fisioterapia en las universidades, pudiera propiciar el “miedo” a abordar correctamente a estos pacientes.

La différence entre les deux ? Les deux professions sont très importantes et complémentaires pour la santé et la qualité de vie des patients. En combinant les deux, il existe un énorme potentiel thérapeutique pour le patient.

Peut-être que l’approche ergothérapique peut permettre à ces patients d’acquérir une autonomie physique ou psychologique mieux adaptée à leurs besoins quotidiens fondamentaux. Parce qu’il y a une vision adaptée dans le but non seulement d’aborder la pathologie physique mais aussi l’état psychologique et social du patient.

Il est peu utile de faire des exercices ou des activités thérapeutiques isolées dans le but de gagner en force, en amplitude ou en endurance musculaire, par exemple, si l’on oublie de rééduquer tout cela sans un sens pratique pour mettre en œuvre ce que l’on a appris au quotidien chez ces patients. Et bien que dans la rééducation physique, la kinésithérapie soit essentiel. L’ergothérapie a une longueur d’avance sur la kinésithérapie conventionnelle en termes d’approche bio-psycho-sociale si nécessaire dans l’approche des patients ayant des problèmes psychiatriques.

¿Diferencia entre ambas? Ambas profesiones son muy importantes y complementarias para la salud y la calidad de vida de estos pacientes. En la buena convinacion de ambas se escuentra un potencial terapéutico enorme para el paciente.Quizás el abordaje de la Terapia ocupacional puede hacer que estos pacientes logren una autonomía física o psicológica mejor adaptada a sus necesidades fundamentales cotidianas. Porque hay una visión que se adapta con el propósito no solo de abordar la patología física sino también al estado psicológico y social del paciente.No sirve de mucho realizar ejercicios o actividades terapéuticas aisladas con el objetivo de ganar en fuerza, amplitud o resistencia muscular por ejemplo. Si nos olvidamos reeducar todo esto sin un sentido práctico que haga poner en práctica lo aprendido en la vida cotidiana en estos pacientes. Y aunque en la reeducación física la fisioterapia es fundamental. La terapia ocupacional esta un paso por adelante de la fisioterapia convencional en cuanto al enfoque bio-psico-social tan necesario en el abordaje de paciente con problemas psiquiátricos.


Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses) 3

S. D. •— Depuis combien de temps travaillez-vous ici à Saint-Maurice ? et quelles modifications complémentaires verriez-vous, si vous en aviez la responsabilité, pratiquer pour accompagner psychologiquement des patients ayant eu des accidents traumatisants comme des accidents de voitures et tout un tas d’autres traumas tel que des tentatives de suicide comme moi ?


J. C. D. •— Je suis à Saint-Maurice depuis 2016. Le temps passe vite !
Dans l’ensemble, j’ai la chance de travailler avec une excellente équipe ici à Saint-Maurice. Un personnel proche et engagé dans la démarche qualité de ses patients. Une relation d’égal à égal interdisciplinaire entre toutes ses composantes. Une des clés des excellents résultats que nous obtenons généralement avec nos patients.

Nous avons toujours quelque chose à améliorer. Mais s’il y a quelque chose sur laquelle je mettrais plus l’accent ce serait précisément l’amélioration de l’approche avec les patients souffrant de troubles de la personnalité ou de problèmes psychiatriques.

Comme je l’ai dit au début, je crois que les kinésithérapeutes doivent continuer à être formés à partir de la base pour s’occuper encore mieux de ces patients si possible. De cette façon, les lacunes que j’observe fréquemment peuvent être améliorées, de sorte que les traitements s’améliorent en qualité, surtout à moyen et long terme. C’est la matière de base manquante.

Llevo desde el 2016. Como ha pasado el tiempo.
En general tengo la suerte de trabajar con un equipo excelente aquí en St. Maurice. Un personal cercano y comprometido en el abordaje de calidad para sus pacientes. Una relación interdisciplinar de igual a igual entre todos sus componentes. Una de las claves en los grandes resultados que en general obtenemos con nuestros pacientes.
Siempre tenemos todo algo que mejorar. Pero si en algo pondría más hincapié seria precisamente en la mejora del abordaje con los pacientes con trastornos de personalidad o problemas psiquiátricos. Como dije al principio, creo que los fisioterapeutas deben seguir formándose desde la base para abordar aún mejor si cabe a estos pacientes. Asi se podrán mejorar esas lagunas que con frecuencia observo, para que los tratamientos mejoren en calidad sobre todo a medio y largo plazo. Es la asignatura pendiente.


Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses) 4

S. D. •— Quels conseils donneriez-vous à un patient pour qu’il se sente mieux préparé à une scéance de kiné, notamment par la voie de la respiration ventrale ou des exercices de réveil des fonctions motrices mises à mal par leur opération ou leur accident ?


J. C. D. •— Vous commencez bien votre question. Il faut prendre en compte le fait que chaque patient est un monde et c’est pourquoi l’une des clés est la personnalisation du traitement. Pour cela le thérapeute doit prendre le temps nécessaire au début pour faire une anamnèse et un bilan correspondant pour faire correctement la chose la plus importante qui est son diagnostic, et donc fixer les objectifs et le traitement correct dans chaque cas. Il est toujours bon de connaitre certaines lignes directrices pour rendre notre séance de rééducation encore plus productive. Idéalement, elles devraient nous être enseignées et corrigées par notre thérapeute au début, afin qu’elles soient appliquées correctement, en évitant d’éventuels problèmes qui s’installent parfois sans le savoir. Nous pouvons donc les appliquer avec garantie avant ou après en préparation des séances de rééducation. La respiration ventrale (diaphragmatique) est un important moyen pour canalisation les émotions, une partie fondamentale de nombreux traitements physiques et psychologiques, c’est donc par là que devraient commencer les conseils. C’est quelque chose qui doit être enseigné à l’école, de sorte qu’en tant qu’enfants, nous commençerions à gérer nous-mêmes de petites situations dans lesquelles la respiration diaphragmatique peut aider à améliorer notre quotidien.

Empiezas bien tu pregunta. Hay que tener en cuenta cada paciente es un mundo y por eso una de las claves es la personalización del tratamiento. Pero eso el terapeuta debía tomar el tiempo necesario al principio para hacer una anamnesis y un bilan correspondiente para saber hacer correctamente lo mas importante que es su diagnóstico, y por tanto fijar los objetivos y el tratamiento correcto en cada caso. Siempre está bien que sepamos algunas pautas para que nuestra sesión de reeducación sea aún más productiva. Lo ideal es que nos las enseñen y corrigan al principio nuestro terapeuta, para que sean aplicadas correctamente, evitado posibles problemas que se instalan a veces sin saberlo.Asi podremos aplicarlas con garantias antes o después como preparación a las sesiones de reeducacion.La respiración ventrale ( diafragmática) es una via importante de canalización de las emociones Parte fundamental en numerosos tratamientos tanto físicos como psicológicos.Asi que por ahí deberían de comentar los consejos.Es algo que se debería enseñar desde la escuela, para que desde niños empecemos a gestionar por nosotros mismos pequeñas situaciones en las que la respiracion diafragmatica puede ayudar bastante a mejorar nuestro dia a dia.


Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses) 5

S. D. •— Comment expliquez-vous qu’on trouve énormément de kinés d’origine espagnole ici, la pratique du métier est plus facile ? En quoi ? Pareil pour les études : avez-vous étudié en France où dans votre pays d’origine ?


J. C. D. •— Sans trop m’impliquer dans des questions politiques, sachant que chacun a une histoire de vie particulière derrière, j’essaierai de synthétiser et d’être clair. Ce que j’ai observé ces années à Paris avec des collègues kinésithérapeutes, c’est que ce sont des gens très bien formés. En Espagne, les études sont universitaires (4 ans) depuis un certain temps et avec un assez bon niveau académique. Là, les personnes qui terminent leurs études n’arrêtent pas non plus de s’entraîner. Donc, en général, nous trouvons d’excellents professionnels. Le problème, c’est le système de santé publique et ses gestionnaires, qui règnent mais n’ont aucune idée de la santé. Ils ne valorisent pas l’énorme importance des professionnels de la rééducation dans les hôpitaux publics dans toutes les spécialités. Pour vous donner une petite information, dans ma région, le nombre de postes de kinésithérapeute par habitant dans la fonction publique qui existe est de 1 pour… 11 mille habitants ! Un chiffre ridicule typique d’un pays sous-développé. Qui va travailler dans ces conditions dans la fonction publique ? Normal qu’en partie les listes d’attente soient énormes. Forcer la majorité des professionnels de la santé et des patients eux-mêmes à devenir privés. Bien sûr, beaucoup de gens ne sont pas prêts à tolérer cette situation, surtout en connaissant leur bon niveau académique et tout ce qu’ils savent pouvoir apporter à la société. En ce sens, la France a une longueur d’avance pour moi. Votre société est plus consciente du rôle du kinésithérapeute ou de l’ostéopathie. Ils savent apprécier l’aide que cela signifie pour leur santé. Le professionnel se sent plus valorisé et respecté. Peut-être aussi parce qu’ici il y a eu un engagement plus grand pour une santé publique décente (du moins jusqu’à récemment), avec de meilleures conditions de travail de base (contrat, salaire, droits), donnant ainsi la possibilité de connaître plus rapidement le potentiel évident de la kinésithérapie sur la santé des français. En résumé, la formation en Espagne est excellente et ne présente aucune différence avec la française, je dirais qu’il y a encore plus de formation après la fin des études universitaires. Mais soit vous installez votre cabinet, soit intégrer le secteur public devient une véritable odyssée. J’ai étudié en Espagne, mais en pratique j’ai été formé principalement en France, c’est pourquoi j’ai pu voir ces différences, et je suis très satisfait que la France m’ait offert cette opportunité.

Sin meterme mucho en cuestiones políticas que prefiero no entrar y sabiendo que cada persona tiene detrás una historia de vida particular. Voy a intentar sintetizar y ser claro.
Lo que he observado estos años en Paris con compatriotas fisioterapeutas, es que son personas muy bien formadas. En España los estudios son Universitarios ( 4 años) desde hace ya bastante tiempo, y con un nivel académico bastante bueno. Allí la gente al terminar los estudios además no paran de formase. Por lo que en general encontramos a profesionales excelentes.
El problema es el sistema público de salud y sus gestores. Que gobiernan, pero no tienen ni idea de salud.
No les interesa apreciar la enorme importancia de los profesionales de la reeducación en los hospitales públicos en todas las especialidades.
Por darte un dato, en mi región el numero de puestos de fisioterapeutas por habitante en la función publica que existe es de uno por cada…!11 mil habitantes! .Un numero ridículo y propio de país subdesarrollado.?Quien va a trabajar en esas condiciones en la función publica? Normal que en parte las listas de espera son enormes. Obligando a la mayoría tanto de profesionales de salud como a los mismos pacientes a que se vayan a lo privado.
Como es lógico mucha gente no está dispuesta a aguantar esta situación sobre todo sabiendo de su buen nivel académico y de todo lo que sabe que puede aportar a la sociedad.
En este sentido para mi Francia está un paso por delante. Su sociedad está más concienciada con el papel que desempeña el fisioterapeuta u osteópata. Saben valorar la ayuda que esto suponen para su salud. El profesional se siente más valorado y respetado. Quizás también porque aquí se ha apostado más por una sanidad publica digna (por lo menos hasta hace poco), con mejores condiciones laborales de base (contrato, salario, derechos)dando así la posibilidad de conocer más rápidamente el potencial evidente que la fisioterapia tiene en la salud para la sociedad francesa.
En resumen la formación en España es excelente y no tiene diferencias con la francesa, diría que allí incluso se siguen formando mas después de terminar los estudios universitarios. Pero o te montas tu clínica, o entrar en lo publico se convierte en una autentica odisea.
Estudie en Espana, pero en la práctica me forme en Francia fundamentalmente, por eso he podido ver estas diferencias.Y estoy muy satisfecho de que Francia me diera esta oportunidad.


Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses) 6

S. D. •— Une école de kiné se trouve ici, dans l’autre partie de l’hôpital, à Esquirol. La connaissez-vous ? La recommanderiez-vous ? Est-ce que des kinés du S.S.R. comme vous y officient en tant qu’intervenants, venant apporter témoignages et conseils à ceux qui se préparent à faire votre métier ?


J. C. D. •— Bien sûr que je la recommande, nous avons des étudiants qui viennent de toute la France et même d’Espagne. L’école publique de Saint-Maurice a de très bons élèves et je ne constate pas de différence académique avec les autres écoles privées de la ville. Parfois, des collègues donnent une conférence, mais nous n’y allons généralement pas en tant qu’enseignants. Nous, on enseigne à nos étudiants la partie pratique, là où ils décident réellement ce qu’ils seront en tant que futurs thérapeutes.

Por supuesto que la recomiendo, tenemos alumnos que vienen de toda Francia e incluso desde España.La escuela pública de St.Maurice tiene muy buenos alumnos y no aprecio diferencias académicas con otras privadas de la cuidad.


Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses) 7

S. D. •— Pour finir, quelle routine simple et quotidienne conseilleriez-vous à d’anciens patients passés par la psychiatrie, donc qui peuvent avoir du mal à mettre en œuvre, par défaut de motivation notamment, ou dans le cas d’une dépression, des exercices trop importants ou demandant une concentration trop grande ? Êtes-vous au fait des exercices de relaxation conseillés aux borderlines, aux bipolaires en phase maniaque, aux personnes atteintes de stress post-traumatique, pour que, respectivement, ils se retrouvent dans le réel, baissent de régime et sachent apprivoiser leurs humeurs ou réapprennent à vivre en dépit de leurs séquelles psychologiques ?


J. C. D. •— Entourez-vous des bonnes personnes. L’environnement nous change tous, que ce soit en bien ou en mal, parfois sans nous en rendre compte. Nous devons faire ce que nous pouvons à cet égard. Un autre conseil important est de considérer la santé comme quelque chose de global. En d’autres termes, une vision où l’on oubli pas de mettre au même rang d’égalité nos activités de la vie quotidienne, l’alimentation, l’exercice thérapeutique, l’exercice cognitif et les remèdes naturels comme principal moyen d’atteindre une vraie santé. Il n’y a pas de solution miracle ! Trouvons en chacun de nous l’équilibre particulier qui nous permettra de gagner en qualité de vie presque sans nous en rendre compte. Nous avons du potentiel en nous, c’est sûr !

Rodearse de gente buena. El ambiente nos cambia a todos para bien o para mal a veces sin darnos cuenta. Tenemos que hacer lo que podamos en este sentido. Otro consejo importante es ver la salud como algo global. Es decir desde una visión en donde no olvidemos darle por igual la importancia a nuestras actividades de la vida cotidiana, la alimentación, el ejercicio terapéutico, el ejercicio cognitivo y los remedios naturales como la vía principal para llegar a la verdadera salud. ¡Que no nos cuenten soluciones milagrosas! Encontremos en cada uno de nosotros el equilibrio particular que nos permitirá ganar en calidad de vida casi sin darnos cuenta. ¡Potencial tenemos dentro de nosotros seguro!

Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses) 8

S. D. •— Je vois que vous faites de la batterie-tabouret comme un expert, une chanson ou un morceau à nous faire écouter ?


J. C. D. •— Survivor, Eye of the Tiger.

Partager

Autodidacte, poète et essayiste amateur. Féru de technologies, de toutes créations numériques. Connait la psychiatrie comme patient borderline depuis 20 ans. Souhaitant ici apaiser le dialogue entre toutes parties de la psy moderne et faire rencontrer des mondes qui s'affrontent. Prêt à dénoncer toute injuste subie par les malades psychiques quelle que soit leur mode de prise en charge. Amoureux du genre humain.

Un commentaire

  • Angy

    Merci beaucoup pour cette interview ! Je la trouve très intéressante et déstigmatisante. Elle montre l’importance d’avoir des thérapeutes humains, avec de l’empathie et je ne pensais pas qu’ils pouvaient nous apporter autant. Un très bel article qui j’espère sera partagé pour que d’autres personnes puissent en profiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *