Entretien,  Études,  Humaniste,  Passion,  Psy & plus,  Témoignage,  YouTube

Entretien avec un kinésithérapeute à la formation des plus complète, Juan Carlos Delgado, version bilingue français-espagnol (pour les réponses)

17 minutes de lecture

Stanislas Dejoie •— Bonjour Carlos, vous avez fait des études de kiné­si­thé­ra­pie (4 ans), d’os­téo­pa­thie (5 ans) et d’er­go­thé­ra­pie (3 ans). Par quelle for­ma­tion dans ce long cur­sus avez-vous com­men­cé, et com­ment ce qui semble être d’une grande com­plé­men­ta­ri­té mais repré­sen­tant des études beau­coup plus longues vous a for­gé en tant que kiné en Soins de suite et réadap­ta­tion, ici, à l’Hôpital natio­nal de Saint-Maurice ?


Juan Carlos Delgado •— J’ai com­men­cé par la kiné­si­thé­ra­pie (trois ans). J’ai tou­jours aimé aider les gens. J’ai vu dans ce métier l’opportunité d’ap­por­ter mon grain de sable à la san­té des autres. Au final et comme tout étu­diant, j’ai sen­ti qu’il me man­quait encore des connais­sances (et un manque bien sûr d’ex­pé­rience), notam­ment dans le domaine de la psy­cho­lo­gie que j’ai­mais tant, et de l’ap­proche du patient que je consi­dère comme essen­tielle pour tout pro­fes­sion­nel de santé.

Comencé con la Fisioterapia (tres años) porque siempre me ha gus­ta­do ayu­dar a la gente. Vi en esta pro­fe­sión una opor­tu­ni­dad de apor­tar mi gra­no de are­na en la salud de los demás. Al aca­bar­la y como todo alum­no, sentí que me fal­ta­ban bas­tantes cono­ci­mien­tos (y por supues­to expe­rien­cia), sobre todo en el pla­no de la psi­co­logía que tan­to me ha gus­ta­do y el abor­daje del paciente, que consi­de­ro esen­cial para cual­quier pro­fe­sio­nal de la salud.

J’ai vou­lu appro­fon­dir et sans aban­don­ner la ligne de la réédu­ca­tion et de la qua­li­té de vie, j’ai donc étu­dié l’er­go­thé­ra­pie. Ce fut une belle décou­verte car elle m’a appris la san­té avec une approche bio-psy­cho-sociale qu’au­cune autre for­ma­tion ne m’a don­né à ce jour.

Quise pro­fun­di­zar y sin aban­do­nar la línea de la ree­du­ca­ción y la cali­dad de vida curse los estu­dios de Terapia Ocupacional (tres años). Fue un gran des­cu­bri­mien­to porque me enseño la salud desde una parte bio-psi­co-social que nin­gu­na otra for­ma­ción me ha dado has­ta la fecha.

La concep­tion de l’être humain et le grand poten­tiel de ses acti­vi­tés de la vie quo­ti­dienne, leur rela­tion avec l’en­vi­ron­ne­ment qui les entoure. L’importance des habi­tudes, des rôles et des inté­rêts si essen­tiels pour com­prendre, éva­luer et tra­vailler avec la mala­die, que ce soit dans le domaine phy­sique comme dans le domaine cognitif.

La concep­ción de ser huma­no y el gran poten­cial de sus acti­vi­dades de la vida dia­ria, su rela­ción con el ambiente que le rodea. La impor­tan­cia de los hábi­tos, roles e inter­eses tan impres­cin­dibles para com­pren­der, valo­rar y tra­ba­jar con la enfer­me­dad ya sea en el ter­re­no físi­co como cognitivo.

Ensuite, il était clair pour moi que je devais me rendre en France (Paris). Deux ans plus tard, une fois ins­tal­lé et ayant exer­cé dans dif­fé­rents ser­vices hos­pi­ta­liers en tant que kiné­si­thé­ra­peute, j’ai déci­dé de com­men­cer des études d’os­téo­pa­thie à Madrid.

Cinq années fré­né­tiques com­bi­nant mon tra­vail de kiné­si­thé­ra­peute à Paris, et des cours et des exa­mens à Madrid. J’étais tou­jours pas­sion­né par l’i­dée de com­prendre le corps dans son ensemble.

Je devais amé­lio­rer ma capa­ci­té de diag­nos­tic, mon rai­son­ne­ment cli­nique, gagner en finesse pour trai­ter et savoir écou­ter avec mes mains. Non seule­ment accroitre mes connais­sances mus­cu­lo-sque­let­tiques ou struc­tu­relles, mais aus­si la sphère crâ­nienne et le sys­tème vis­cé­ral. Une métho­do­lo­gie pré­cise d’é­va­lua­tion et de diag­nos­tic. Loin des chi­mères qui ont ten­dance à être asso­ciées a ce métier pré­ci­sé­ment quand il est mécon­nu. L’equilibre entre spé­ci­fi­ci­té et globalité.

Después tenia cla­ro que tenia que irme a Francia (Paris), y dos años des­pués una vez asen­ta­do en la prác­ti­ca labo­ral en dife­rentes ser­vi­cios hos­pi­ta­la­rios como fisio­te­ra­peu­ta. Decidí ins­cri­birme en los estu­dios de Osteopatía, en Madrid. Cinco años fre­né­ti­cos com­bi­nan­do mi tra­ba­jo como fisio­te­ra­peu­ta en Paris, con las clases y exá­menes en Madrid. Me seguía apa­sio­nan­do la idea de enten­der el cuer­po como un todo. Necesitaba mejo­rar en capa­ci­dad dia­gnós­ti­ca razo­na­mien­to clí­ni­co, de ganar finu­ra para tra­tar y saber escu­char con las manos. No sola­mente de cono­ci­mien­tos en la parte mus­cu­lo-esque­lé­ti­ca o estruc­tu­ral, sino tam­bién desde la esfe­ra cra­neal y el sis­te­ma vis­ce­ral. Una meto­do­logía de eva­lua­ción y dia­gnós­ti­co pre­ci­sa. Lejos de las qui­me­ras que sue­len arro­jarse a la pro­fe­sión pre­ci­sa­mente cuan­do se des­co­noce. El equi­li­brio entre espe­ci­fi­ci­dad y globalidad.

La kiné­si­thé­ra­pie m’a mon­tré cette grande voie qu’est la réédu­ca­tion en san­té. L’utilisation d’a­gents phy­siques, de l’élec­tro­thé­ra­pie, du mas­sage, entre autres méthodes ou élé­ments impor­tants que nous pou­vons uti­li­ser pour amé­lio­rer la vie de nos patients. Je dis tou­jours que c’est la clé de la qua­li­té de vie.

La fisio­te­ra­pia me abrió el exten­so cami­no de la salud en ree­du­ca­ción. La uti­li­za­ción de los agentes físi­cos, la elec­tro­te­ra­pia, el masaje entre otros mate­riales, méto­dos o ele­men­tos impor­tantes de los que pode­mos ser­vir­nos para mejo­rar a nues­tros pacientes. Yo siempre digo, que es la madre de la cali­dad de vida.

L’ergothérapie huma­nise davan­tage l’ap­proche avec les patients. Cela a chan­gé com­plè­te­ment ma vision de la san­té et de la mala­die. J’ai vrai­ment appris à adap­ter le trai­te­ment, axé sur un objec­tif qui a du sens pour le patient. A par­tir des acti­vi­tés de la vie quo­ti­dienne, en tenant compte des rôles, des habi­tudes et des inté­rêts de chaque patient. Cela m’a aidé à com­prendre l’é­qui­libre néces­saire entre la nature cor­po­relle, psy­cho­lo­gique et sociale. Être capable de tra­vailler indis­tinc­te­ment sur des pro­blèmes phy­siques et cog­ni­tifs (que ce soit les membres supé­rieurs ou les infé­rieurs bien sûr).
Des concepts aus­si impor­tants que l’in­dé­pen­dance ou l’adaptation à la mai­son. Approfondir des connais­sances en psy­cho­lo­gie et en psy­cho­pa­tho­lo­gie. Indispensables pour réédu­quer dans n’im­porte quel domaine.

La tera­pia ocu­pa­cio­nal huma­ni­zo aún más el abor­daje con mis pacientes. Me hizo cam­biar com­ple­ta­mente la visión de la salud y la enfer­me­dad. Aprendi real­mente a adap­tar el tra­ta­mien­to a obje­ti­vos enfo­ca­dos a un fin con signi­fi­ca­do para el paciente. Desde las acti­vi­dades de la vida dia­ria tenien­do en cuen­ta los roles, hábi­tos e inter­eses de cada paciente. Me ayu­do a com­pren­der el nece­sa­rio equi­li­brio entre lo cor­po­ral ‚lo psi­coló­gi­co y nues­tra natu­ra­le­za social. Para poder tra­ba­jar indis­tin­ta­mente tan­to en pro­ble­mas físi­cos o cog­ni­ti­vos. Tanto de miem­bro super­ior como infe­rior. Conceptos tan impor­tantes como la inde­pen­den­cia o las adap­ta­ciones en el hogar. Profundizando en cono­ci­mien­tos de psi­co­logía y psi­co­pa­to­logía. Esencial para ree­du­car desde el ámbi­to que sea.

Enfin, l’os­téo­pa­thie m’a appris à rai­son­ner cli­ni­que­ment. Evaluer et relier tous les sys­tèmes du corps dans son ensemble. À être plus pré­cis, s’il est néces­saire, à mieux m’a­dap­ter au patient sans avoir à trai­ter ce que le corps sait déjà faire par lui-même. À appro­fon­dir l’a­na­to­mie, la phy­sio­pa­tho­lo­gie, le diag­nos­tic dif­fé­ren­tiel et ostéo­pa­thique. A apprendre aus­si de la capa­ci­té de diag­nos­tic aus­si pré­cieuse que de savoir écou­ter avec ses mains.

Por últi­mo la osteo­patía, me enseñó a razo­nar clí­ni­ca­mente. A valo­rar y rela­cio­nar todos los sis­te­mas del cuer­po como un todo. A ser pre­ci­so si es nece­sa­rio, de adap­tarme mejor al paciente, sin nece­si­dad de entre­te­ner lo que ya el cuer­po hace por sí mis­mo. Profundizar en la ana­tomía, fisio­pa­to­logía, el dia­gnós­ti­co dife­ren­cial y osteo­pa­ti­co. A apren­der tam­bién de la capa­ci­dad diag­nos­ti­ca tan valio­sa como es saber escu­char real­mente con las manos.

Ce que je suis à Saint-Maurice, c’est sim­ple­ment un thé­ra­peute essayant d’ai­der les autres sans perdre le sens de l’é­coute, de la réflexion et du tou­cher (qui se perd de nos jours, éton­nam­ment) : don­ner la pré­fé­rence à une approche huma­niste qui m’a sans aucun doute don­né les meilleurs résul­tats. De la glo­ba­li­té sans perdre de spé­ci­fi­ci­té lorsque c’est néces­saire. Savoir que l’in­dé­pen­dance du patient est l’ob­jec­tif prin­ci­pal. Mettre la pré­ven­tion en avant comme alliée majeure, adap­ter l’ap­proche à chaque cas (je n’aime pas les pro­to­coles) et sans rendre per­sonne, autant que pos­sible, dépen­dant d’un thé­ra­peute, méde­cin, ins­ti­tu­tion ou d’une thérapie.

Lo que soy a St. Maurice es sim­ple­mente un tera­peu­ta que inten­ta ayu­dar a los demás sin per­der el sen­ti­do de la escu­cha, la reflexión y el tac­to. Dando pre­fe­ren­cia a un enfoque huma­nis­ta que sin duda me ha dado los mejores resul­ta­dos. Desde la glo­ba­li­dad sin per­der la espe­ci­fi­ci­dad cuan­do es nece­sa­rio. Sabiendo que la inde­pen­den­cia del paciente es el obje­ti­vo prin­ci­pal. Haciendo hin­ca­pié en la pre­ven­ción como mayor alia­do, adap­tan­do el abor­daje en cada caso(no me gus­tan los pro­to­co­los) y sin hacer a nadie depen­diente en la medi­da de lo posible de ningún tera­peu­ta, médi­co, ins­ti­tu­ción o terapia.



S. D. •— Comme moi, peut-être que d’autres patients, soit venant d’Esquirol (de nom­breuses uni­tés de psy­chia­trie située dans cet autre hôpi­tal exclu­si­ve­ment psy, atte­nant au H.N.S.M.), soit n’é­tant pas pas­sé par là mais vous confiant avoir une patho­lo­gie psy­chique ont été pris en charge par vous. Qu’est-ce qu’une approche ergo­thé­ra­peu­tique, plus axée sur les liens entre le corps et l’es­prit, apporte en sup­plé­ment d’une simple prise en charge en kiné ?


J. C. D. •— Dans la pra­tique, aus­si bien dans les hôpi­taux que dans les cli­niques, un cer­tain « rejet » ou incon­fort thé­ra­peu­tique est encore obser­vé lorsque l’on parle d’ap­pro­cher des patients souf­frant de mala­dies psy­chia­triques ou de troubles de la per­son­na­li­té asso­ciés à des pro­blèmes phy­siques, de la part des col­lègues kiné­si­thé­ra­peutes, sur­tout en dehors de tout ser­vice de psy­chia­trie. D’après mon expé­rience des dix der­nières années, c’est quelque chose qui a rete­nu mon atten­tion. Il y a un cer­tain incon­fort. Un manque de patience se mani­fes­tant sim­ple­ment par le fait de ne pas savoir com­ment par­ler au patient. On a donc ten­dance à faire la grosse erreur de les mettre tous dans le même sac thé­ra­peu­tique. Je com­prends que le manque de pré­pa­ra­tion de base dans le domaine de la psy­chia­trie ou de la psy­cho­lo­gie, de la part de la kiné­si­the­ra­pie dans les uni­ver­si­tés, pour­rait conduire à la « crainte » d’ap­pro­cher cor­rec­te­ment ces patients.

Se sigue obser­van­do en la prác­ti­ca tan­to en hos­pi­tales como en clí­ni­cas, un cier­to “recha­zo” tera­péu­ti­co o males­tar cuan­do habla­mos de abor­dar a pacientes con enfer­me­dades psi­quiá­tri­cas o tras­tor­nos de per­so­na­li­dad aso­cia­do a pro­ble­mas pro­ble­mas físi­cos, por parte de com­pañe­ros fisio­te­ra­peu­tas, sobre todo si sali­mos de cual­quier ser­vi­cio de Psiquiatría.
En mi expe­rien­cia durante estos últi­mos diez años, es algo que me ha lla­ma­do mucho la aten­ción. Se obser­va cier­ta inco­mo­di­dad. Una fal­ta de pacien­cia mani­fies­ta por no saber sim­ple­mente como hablar al paciente. Por lo que se tiende a come­ter el gran error de meter­los a todos en el mis­mo saco tera­péu­ti­co.
Quiero enten­der que la fal­ta de pre­pa­ra­ción de base en el cam­po de la psi­quia­tría o psi­co­logía, por parte de la fisio­te­ra­pia en las uni­ver­si­dades, pudie­ra pro­pi­ciar el “mie­do” a abor­dar cor­rec­ta­mente a estos pacientes.

La dif­fé­rence entre les deux ? Les deux pro­fes­sions sont très impor­tantes et com­plé­men­taires pour la san­té et la qua­li­té de vie des patients. En com­bi­nant les deux, il existe un énorme poten­tiel thé­ra­peu­tique pour le patient.

Peut-être que l’ap­proche ergo­thé­ra­pique peut per­mettre à ces patients d’ac­qué­rir une auto­no­mie phy­sique ou psy­cho­lo­gique mieux adap­tée à leurs besoins quo­ti­diens fon­da­men­taux. Parce qu’il y a une vision adap­tée dans le but non seule­ment d’a­bor­der la patho­lo­gie phy­sique mais aus­si l’é­tat psy­cho­lo­gique et social du patient.

Il est peu utile de faire des exer­cices ou des acti­vi­tés thé­ra­peu­tiques iso­lées dans le but de gagner en force, en ampli­tude ou en endu­rance mus­cu­laire, par exemple, si l’on oublie de réédu­quer tout cela sans un sens pra­tique pour mettre en œuvre ce que l’on a appris au quo­ti­dien chez ces patients. Et bien que dans la réédu­ca­tion phy­sique, la kiné­si­thé­ra­pie soit essen­tiel. L’ergothérapie a une lon­gueur d’a­vance sur la kiné­si­thé­ra­pie conven­tion­nelle en termes d’ap­proche bio-psy­cho-sociale si néces­saire dans l’ap­proche des patients ayant des pro­blèmes psychiatriques.

¿Diferencia entre ambas ? Ambas pro­fe­siones son muy impor­tantes y com­ple­men­ta­rias para la salud y la cali­dad de vida de estos pacientes. En la bue­na convi­na­cion de ambas se escuen­tra un poten­cial tera­péu­ti­co enorme para el paciente.Quizás el abor­daje de la Terapia ocu­pa­cio­nal puede hacer que estos pacientes logren una auto­nomía físi­ca o psi­coló­gi­ca mejor adap­ta­da a sus nece­si­dades fun­da­men­tales coti­dia­nas. Porque hay una visión que se adap­ta con el propó­si­to no solo de abor­dar la pato­logía físi­ca sino tam­bién al esta­do psi­coló­gi­co y social del paciente​.No sirve de mucho rea­li­zar ejer­ci­cios o acti­vi­dades tera­péu­ti­cas ais­la­das con el obje­ti­vo de ganar en fuer­za, ampli­tud o resis­ten­cia mus­cu­lar por ejem­plo. Si nos olvi­da­mos ree­du­car todo esto sin un sen­ti­do prác­ti­co que haga poner en prác­ti­ca lo apren­di­do en la vida coti­dia­na en estos pacientes. Y aunque en la ree­du­ca­ción físi­ca la fisio­te­ra­pia es fun­da­men­tal. La tera­pia ocu­pa­cio­nal esta un paso por ade­lante de la fisio­te­ra­pia conven­cio­nal en cuan­to al enfoque bio-psi­co-social tan nece­sa­rio en el abor­daje de paciente con pro­ble­mas psiquiátricos.



S. D. •— Depuis com­bien de temps tra­vaillez-vous ici à Saint-Maurice ? et quelles modi­fi­ca­tions com­plé­men­taires ver­riez-vous, si vous en aviez la res­pon­sa­bi­li­té, pra­ti­quer pour accom­pa­gner psy­cho­lo­gi­que­ment des patients ayant eu des acci­dents trau­ma­ti­sants comme des acci­dents de voi­tures et tout un tas d’autres trau­mas tel que des ten­ta­tives de sui­cide comme moi ?


J. C. D. •— Je suis à Saint-Maurice depuis 2016. Le temps passe vite !
Dans l’en­semble, j’ai la chance de tra­vailler avec une excel­lente équipe ici à Saint-Maurice. Un per­son­nel proche et enga­gé dans la démarche qua­li­té de ses patients. Une rela­tion d’é­gal à égal inter­dis­ci­pli­naire entre toutes ses com­po­santes. Une des clés des excel­lents résul­tats que nous obte­nons géné­ra­le­ment avec nos patients.

Nous avons tou­jours quelque chose à amé­lio­rer. Mais s’il y a quelque chose sur laquelle je met­trais plus l’ac­cent ce serait pré­ci­sé­ment l’a­mé­lio­ra­tion de l’ap­proche avec les patients souf­frant de troubles de la per­son­na­li­té ou de pro­blèmes psychiatriques.

Comme je l’ai dit au début, je crois que les kiné­si­thé­ra­peutes doivent conti­nuer à être for­més à par­tir de la base pour s’oc­cu­per encore mieux de ces patients si pos­sible. De cette façon, les lacunes que j’ob­serve fré­quem­ment peuvent être amé­lio­rées, de sorte que les trai­te­ments s’a­mé­liorent en qua­li­té, sur­tout à moyen et long terme. C’est la matière de base manquante.

Llevo desde el 2016. Como ha pasa­do el tiem­po.
En gene­ral ten­go la suerte de tra­ba­jar con un equi­po exce­lente aquí en St. Maurice. Un per­so­nal cer­ca­no y com­pro­me­ti­do en el abor­daje de cali­dad para sus pacientes. Una rela­ción inter­dis­ci­pli­nar de igual a igual entre todos sus com­po­nentes. Una de las claves en los grandes resul­ta­dos que en gene­ral obte­ne­mos con nues­tros pacientes.
Siempre tene­mos todo algo que mejo­rar. Pero si en algo pon­dría más hin­ca­pié seria pre­ci­sa­mente en la mejo­ra del abor­daje con los pacientes con tras­tor­nos de per­so­na­li­dad o pro­ble­mas psi­quiá­tri­cos. Como dije al prin­ci­pio, creo que los fisio­te­ra­peu­tas deben seguir formán­dose desde la base para abor­dar aún mejor si cabe a estos pacientes. Asi se podrán mejo­rar esas lagu­nas que con fre­cuen­cia obser­vo, para que los tra­ta­mien­tos mejo­ren en cali­dad sobre todo a medio y lar­go pla­zo. Es la asi­gna­tu­ra pendiente.



S. D. •— Quels conseils don­ne­riez-vous à un patient pour qu’il se sente mieux pré­pa­ré à une scéance de kiné, notam­ment par la voie de la res­pi­ra­tion ven­trale ou des exer­cices de réveil des fonc­tions motrices mises à mal par leur opé­ra­tion ou leur accident ?


J. C. D. •— Vous com­men­cez bien votre ques­tion. Il faut prendre en compte le fait que chaque patient est un monde et c’est pour­quoi l’une des clés est la per­son­na­li­sa­tion du trai­te­ment. Pour cela le thé­ra­peute doit prendre le temps néces­saire au début pour faire une ana­mnèse et un bilan cor­res­pon­dant pour faire cor­rec­te­ment la chose la plus impor­tante qui est son diag­nos­tic, et donc fixer les objec­tifs et le trai­te­ment cor­rect dans chaque cas. Il est tou­jours bon de connaitre cer­taines lignes direc­trices pour rendre notre séance de réédu­ca­tion encore plus pro­duc­tive. Idéalement, elles devraient nous être ensei­gnées et cor­ri­gées par notre thé­ra­peute au début, afin qu’elles soient appli­quées cor­rec­te­ment, en évi­tant d’é­ven­tuels pro­blèmes qui s’ins­tallent par­fois sans le savoir. Nous pou­vons donc les appli­quer avec garan­tie avant ou après en pré­pa­ra­tion des séances de réédu­ca­tion. La res­pi­ra­tion ven­trale (dia­phrag­ma­tique) est un impor­tant moyen pour cana­li­sa­tion les émo­tions, une par­tie fon­da­men­tale de nom­breux trai­te­ments phy­siques et psy­cho­lo­giques, c’est donc par là que devraient com­men­cer les conseils. C’est quelque chose qui doit être ensei­gné à l’é­cole, de sorte qu’en tant qu’en­fants, nous com­men­çe­rions à gérer nous-mêmes de petites situa­tions dans les­quelles la res­pi­ra­tion dia­phrag­ma­tique peut aider à amé­lio­rer notre quotidien.

Empiezas bien tu pre­gun­ta. Hay que tener en cuen­ta cada paciente es un mun­do y por eso una de las claves es la per­so­na­li­za­ción del tra­ta­mien­to. Pero eso el tera­peu­ta debía tomar el tiem­po nece­sa­rio al prin­ci­pio para hacer una anam­ne­sis y un bilan cor­res­pon­diente para saber hacer cor­rec­ta­mente lo mas impor­tante que es su dia­gnós­ti­co, y por tan­to fijar los obje­ti­vos y el tra­ta­mien­to cor­rec­to en cada caso. Siempre está bien que sepa­mos algu­nas pau­tas para que nues­tra sesión de ree­du­ca­ción sea aún más pro­duc­ti­va. Lo ideal es que nos las enseñen y cor­ri­gan al prin­ci­pio nues­tro tera­peu­ta, para que sean apli­ca­das cor­rec­ta­mente, evi­ta­do posibles pro­ble­mas que se ins­ta­lan a veces sin saberlo.Asi podre­mos apli­car­las con garan­tias antes o des­pués como pre­pa­ra­ción a las sesiones de ree​du​ca​cion​.La res­pi­ra­ción ven­trale ( dia­fragmá­ti­ca) es una via impor­tante de cana­li­za­ción de las emo­ciones Parte fun­da­men­tal en nume­ro­sos tra­ta­mien­tos tan­to físi­cos como psicológicos.Asi que por ahí deberían de comen­tar los conse​jos​.Es algo que se debería enseñar desde la escue­la, para que desde niños empe­ce­mos a ges­tio­nar por noso­tros mis­mos pequeñas situa­ciones en las que la res­pi­ra­cion dia­frag­ma­ti­ca puede ayu­dar bas­tante a mejo­rar nues­tro dia a dia.



S. D. •— Comment expli­quez-vous qu’on trouve énor­mé­ment de kinés d’o­ri­gine espa­gnole ici, la pra­tique du métier est plus facile ? En quoi ? Pareil pour les études : avez-vous étu­dié en France où dans votre pays d’origine ?


J. C. D. •— Sans trop m’im­pli­quer dans des ques­tions poli­tiques, sachant que cha­cun a une his­toire de vie par­ti­cu­lière der­rière, j’es­saie­rai de syn­thé­ti­ser et d’être clair. Ce que j’ai obser­vé ces années à Paris avec des col­lègues kiné­si­thé­ra­peutes, c’est que ce sont des gens très bien for­més. En Espagne, les études sont uni­ver­si­taires (4 ans) depuis un cer­tain temps et avec un assez bon niveau aca­dé­mique. Là, les per­sonnes qui ter­minent leurs études n’ar­rêtent pas non plus de s’en­traî­ner. Donc, en géné­ral, nous trou­vons d’ex­cel­lents pro­fes­sion­nels. Le pro­blème, c’est le sys­tème de san­té publique et ses ges­tion­naires, qui règnent mais n’ont aucune idée de la san­té. Ils ne valo­risent pas l’é­norme impor­tance des pro­fes­sion­nels de la réédu­ca­tion dans les hôpi­taux publics dans toutes les spé­cia­li­tés. Pour vous don­ner une petite infor­ma­tion, dans ma région, le nombre de postes de kiné­si­thé­ra­peute par habi­tant dans la fonc­tion publique qui existe est de 1 pour… 11 mille habi­tants ! Un chiffre ridi­cule typique d’un pays sous-déve­lop­pé. Qui va tra­vailler dans ces condi­tions dans la fonc­tion publique ? Normal qu’en par­tie les listes d’at­tente soient énormes. Forcer la majo­ri­té des pro­fes­sion­nels de la san­té et des patients eux-mêmes à deve­nir pri­vés. Bien sûr, beau­coup de gens ne sont pas prêts à tolé­rer cette situa­tion, sur­tout en connais­sant leur bon niveau aca­dé­mique et tout ce qu’ils savent pou­voir appor­ter à la socié­té. En ce sens, la France a une lon­gueur d’a­vance pour moi. Votre socié­té est plus consciente du rôle du kiné­si­thé­ra­peute ou de l’os­téo­pa­thie. Ils savent appré­cier l’aide que cela signi­fie pour leur san­té. Le pro­fes­sion­nel se sent plus valo­ri­sé et res­pec­té. Peut-être aus­si parce qu’i­ci il y a eu un enga­ge­ment plus grand pour une san­té publique décente (du moins jus­qu’à récem­ment), avec de meilleures condi­tions de tra­vail de base (contrat, salaire, droits), don­nant ain­si la pos­si­bi­li­té de connaître plus rapi­de­ment le poten­tiel évident de la kiné­si­thé­ra­pie sur la san­té des fran­çais. En résu­mé, la for­ma­tion en Espagne est excel­lente et ne pré­sente aucune dif­fé­rence avec la fran­çaise, je dirais qu’il y a encore plus de for­ma­tion après la fin des études uni­ver­si­taires. Mais soit vous ins­tal­lez votre cabi­net, soit inté­grer le sec­teur public devient une véri­table odys­sée. J’ai étu­dié en Espagne, mais en pra­tique j’ai été for­mé prin­ci­pa­le­ment en France, c’est pour­quoi j’ai pu voir ces dif­fé­rences, et je suis très satis­fait que la France m’ait offert cette opportunité.

Sin meterme mucho en cues­tiones polí­ti­cas que pre­fie­ro no entrar y sabien­do que cada per­so­na tiene detrás una his­to­ria de vida par­ti­cu­lar. Voy a inten­tar sin­te­ti­zar y ser cla­ro.
Lo que he obser­va­do estos años en Paris con com­pa­trio­tas fisio­te­ra­peu­tas, es que son per­so­nas muy bien for­ma­das. En España los estu­dios son Universitarios ( 4 años) desde hace ya bas­tante tiem­po, y con un nivel aca­dé­mi­co bas­tante bue­no. Allí la gente al ter­mi­nar los estu­dios además no paran de for­mase. Por lo que en gene­ral encon­tra­mos a pro­fe­sio­nales exce­lentes.
El pro­ble­ma es el sis­te­ma públi­co de salud y sus ges­tores. Que gobier­nan, pero no tie­nen ni idea de salud.
No les inter­esa apre­ciar la enorme impor­tan­cia de los pro­fe­sio­nales de la ree­du­ca­ción en los hos­pi­tales públi­cos en todas las espe­cia­li­dades.
Por darte un dato, en mi región el nume­ro de pues­tos de fisio­te­ra­peu­tas por habi­tante en la fun­ción publi­ca que existe es de uno por cada…!11 mil habi­tantes ! .Un nume­ro ridí­cu­lo y pro­pio de país subdesarrollado.?Quien va a tra­ba­jar en esas condi­ciones en la fun­ción publi­ca ? Normal que en parte las lis­tas de espe­ra son enormes. Obligando a la mayoría tan­to de pro­fe­sio­nales de salud como a los mis­mos pacientes a que se vayan a lo pri­va­do.
Como es lógi­co mucha gente no está dis­pues­ta a aguan­tar esta situa­ción sobre todo sabien­do de su buen nivel aca­dé­mi­co y de todo lo que sabe que puede apor­tar a la socie­dad.
En este sen­ti­do para mi Francia está un paso por delante. Su socie­dad está más concien­cia­da con el papel que desem­peña el fisio­te­ra­peu­ta u osteó­pa­ta. Saben valo­rar la ayu­da que esto supo­nen para su salud. El pro­fe­sio­nal se siente más valo­ra­do y respe­ta­do. Quizás tam­bién porque aquí se ha apos­ta­do más por una sani­dad publi­ca digna (por lo menos has­ta hace poco), con mejores condi­ciones labo­rales de base (contra­to, sala­rio, derechos)dando así la posi­bi­li­dad de cono­cer más rápi­da­mente el poten­cial evi­dente que la fisio­te­ra­pia tiene en la salud para la socie­dad fran­ce­sa.
En resu­men la for­ma­ción en España es exce­lente y no tiene dife­ren­cias con la fran­ce­sa, diría que allí inclu­so se siguen for­man­do mas des­pués de ter­mi­nar los estu­dios uni­ver­si­ta­rios. Pero o te mon­tas tu clí­ni­ca, o entrar en lo publi­co se convierte en una auten­ti­ca odi­sea.
Estudie en Espana, pero en la prác­ti­ca me forme en Francia fun­da­men­tal­mente, por eso he podi­do ver estas diferencias.Y estoy muy satis­fe­cho de que Francia me die­ra esta oportunidad.



S. D. •— Une école de kiné se trouve ici, dans l’autre par­tie de l’hô­pi­tal, à Esquirol. La connais­sez-vous ? La recom­man­de­riez-vous ? Est-ce que des kinés du S.S.R. comme vous y offi­cient en tant qu’in­ter­ve­nants, venant appor­ter témoi­gnages et conseils à ceux qui se pré­parent à faire votre métier ?


J. C. D. •— Bien sûr que je la recom­mande, nous avons des étu­diants qui viennent de toute la France et même d’Espagne. L’école publique de Saint-Maurice a de très bons élèves et je ne constate pas de dif­fé­rence aca­dé­mique avec les autres écoles pri­vées de la ville. Parfois, des col­lègues donnent une confé­rence, mais nous n’y allons géné­ra­le­ment pas en tant qu’en­sei­gnants. Nous, on enseigne à nos étu­diants la par­tie pra­tique, là où ils décident réel­le­ment ce qu’ils seront en tant que futurs thérapeutes.

Por supues­to que la reco­mien­do, tene­mos alum­nos que vie­nen de toda Francia e inclu­so desde España.La escue­la públi­ca de St.Maurice tiene muy bue­nos alum­nos y no apre­cio dife­ren­cias aca­dé­mi­cas con otras pri­va­das de la cuidad.



S. D. •— Pour finir, quelle rou­tine simple et quo­ti­dienne conseille­riez-vous à d’an­ciens patients pas­sés par la psy­chia­trie, donc qui peuvent avoir du mal à mettre en œuvre, par défaut de moti­va­tion notam­ment, ou dans le cas d’une dépres­sion, des exer­cices trop impor­tants ou deman­dant une concen­tra­tion trop grande ? Êtes-vous au fait des exer­cices de relaxa­tion conseillés aux bor­der­lines, aux bipo­laires en phase maniaque, aux per­sonnes atteintes de stress post-trau­ma­tique, pour que, res­pec­ti­ve­ment, ils se retrouvent dans le réel, baissent de régime et sachent appri­voi­ser leurs humeurs ou réap­prennent à vivre en dépit de leurs séquelles psychologiques ?


J. C. D. •— Entourez-vous des bonnes per­sonnes. L’environnement nous change tous, que ce soit en bien ou en mal, par­fois sans nous en rendre compte. Nous devons faire ce que nous pou­vons à cet égard. Un autre conseil impor­tant est de consi­dé­rer la san­té comme quelque chose de glo­bal. En d’autres termes, une vision où l’on oubli pas de mettre au même rang d’égalité nos acti­vi­tés de la vie quo­ti­dienne, l’a­li­men­ta­tion, l’exer­cice thé­ra­peu­tique, l’exer­cice cog­ni­tif et les remèdes natu­rels comme prin­ci­pal moyen d’at­teindre une vraie san­té. Il n’y a pas de solu­tion miracle ! Trouvons en cha­cun de nous l’é­qui­libre par­ti­cu­lier qui nous per­met­tra de gagner en qua­li­té de vie presque sans nous en rendre compte. Nous avons du poten­tiel en nous, c’est sûr !

Rodearse de gente bue­na. El ambiente nos cam­bia a todos para bien o para mal a veces sin dar­nos cuen­ta. Tenemos que hacer lo que poda­mos en este sen­ti­do. Otro conse­jo impor­tante es ver la salud como algo glo­bal. Es decir desde una visión en donde no olvi­de­mos darle por igual la impor­tan­cia a nues­tras acti­vi­dades de la vida coti­dia­na, la ali­men­ta­ción, el ejer­ci­cio tera­péu­ti­co, el ejer­ci­cio cog­ni­ti­vo y los reme­dios natu­rales como la vía prin­ci­pal para lle­gar a la ver­da­de­ra salud. ¡Que no nos cuen­ten solu­ciones mila­gro­sas ! Encontremos en cada uno de noso­tros el equi­li­brio par­ti­cu­lar que nos per­mi­tirá ganar en cali­dad de vida casi sin dar­nos cuen­ta. ¡Potencial tene­mos den­tro de noso­tros seguro !


S. D. •— Je vois que vous faites de la bat­te­rie-tabou­ret comme un expert, une chan­son ou un mor­ceau à nous faire écouter ?


J. C. D. •— Survivor, Eye of the Tiger.

Stan Printer

Poète et essayiste amateur. Féru de technologies, de toutes créations artistiques. Connait la psychiatrie comme patient borderline depuis 24 ans. Souhaitant ici apaiser le dialogue entre toutes parties de la psy moderne et faire rencontrer des mondes qui s'affrontent ou s'ignorent. Prêt à dénoncer toute injustice subie par les malades psychiques quel que soit leur mode de prise en charge. Amoureux du genre humain.

Un commentaire

  • Avatar
    Angy

    Merci beau­coup pour cette inter­view ! Je la trouve très inté­res­sante et déstig­ma­ti­sante. Elle montre l’im­por­tance d’a­voir des thé­ra­peutes humains, avec de l’empathie et je ne pen­sais pas qu’ils pou­vaient nous appor­ter autant. Un très bel article qui j’es­père sera par­ta­gé pour que d’autres per­sonnes puissent en profiter.

Commentez dingue !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.