Covid-19, infos de dernière minute 1
#RestezChezVous,  Covid-19,  Hospitalisation,  La vie en psy

Covid-19, infos de dernière minute2 minutes de lecture

4

Mise à jour 4
Bonjour, j’ai appris ce matin que nos unités, préalablement envisagée comme future unité psy-Covid-19, ne sera pas concernée. Une autre unité est concernée et c’est dans celle-ci que les porteurs seront pris en charge ; c’est aussi là-bas que Mme Montet a été assignée comme psychiatre au sein d’une structure de crise improvisée. Je l’apprends justement d’une autre psychiatre que cette dernière, ma psychiatre référente, bien mieux lunée, qui semble être dans la bonne humeur et la bienveillance. Je fais toujours partie, comme la plupart des patients, de celles et ceux qui attendent une place en clinique, les refus s’avérant nombreux pour l’instant. Je souffre d’une escarre placée vers l’isquion gauche vieille de 11 mois compliquée par une ostéite qui devait être traitée chirurgicalement, chose impossible depuis le confinement, c’est la raison pour laquelle il reste très difficile de trouver une place aille pour moi. Nous serons au moins épargné par le Coronavirus, même si nous avons à Rosa Parks in cas de Covid-19 en quarantaine et traiter avec soin. Reste à savoir ce qu’on fait de la mise à disposition de l’information qui nous concerne en psychiatrie, et pas seulement…

3

Mise à jour 3
Ma psychiatre m’a assurée qu’on avait, selon son initiative, fait la demande de pré-admission pour une entrée dans une dizaine de clinique. Encore une erreur de communication au sein même d’une unité de 30 patients… « Que font-ils pendant les transmissions ? », c’est la question que l’on est nombreux à se poser depuis toujours. Toujours plaisant de voir qu’on travaille vraiment à une entente entre collègues et une information du soigné éclairée.

2

Mise à jour 2
Nouvelle info : nos unités vont devenir des unités dédiées aux patients psychiatriques atteints du Covid-19. Ceux qui n’ont pas de solution d’hébergement, et pour lesquels ont a pas prévu (confirmé pour moi) de place en clinique, resteront sur place ! « En vous protégeant vous ne risquez rien. »

Je demande asile, pour le coup.

P.S— Nous ne faisons pas partie intégrante de l’A.P.-H.P., les dons de masques nous n’en verrons donc pas la couleur.

1

Mise à jour 1
À cette heure, nous apprenons que les services Rosa Parks et Avèrroes sont progressivement vidés à hauteur de la moitié des lits pour pouvoir faire de ce lieu de soin un lieu d’accueil des nouveaux arrivants plus adapté aux impératifs sanitaires règlementaires (distance respectée, chambres simples uniquement, temps dédié aux mesures prises pour protéger les patients plus large pour les soignants…) Les patients « stabilisés » retournent chez eux, avec le risque que cette stabilisation soit de courte durée pour ceux que la solitude trouble ou accentue certains symptômes, mais en accord avec eux, il seront, comme moi, transférés vers des cliniques privées, où le confort est plus grand (accord exceptionnel entre structures d’attribution de chambres simples pour ceux qui ne peuvent pas s’en payer une) et où le respect par des patients moins lourds des consignes est plus rassurant. — S. D.
Partager
  • 2
    Shares
Avatar

Autodidacte, poète et essayiste amateur. Féru de technologies, de toutes créations numériques. Connait la psychiatrie comme patient borderline depuis 20 ans. Souhaitant ici apaiser le dialogue entre toutes parties de la psy moderne et faire rencontrer des mondes qui s'affrontent. Prêt à dénoncer toute injuste subie par les malades psychiques quelle que soit leur mode de prise en charge. Amoureux du genre humain. [wp-story]

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *