Uncategorized

Léo, un schizophrène autour du monde

2 minutes de lecture

Tourner autour de soi, si le périple est convain­quant par son puis­sant fond intros­pec­tif, n’é­pa­noui pas plus qu’une virée en manège de car­na­val ne sau­rait le faire, c’est-à-dire les yeux sor­tis d’une orbite pour en épou­ser une autre, sans décen­tre­ment, et tour­nant la tête plus que l’hu­meur, sinon un instant.

Léo, se cher­chant tou­jours, a accom­pli un exploit par une « fuite », comme il le carac­té­rise : faire le tour du monde. Schizophrène léger, il a su se pro­je­ter vers des moments sombres et à la fois s’ai­der lui-même par son double, tan­tôt ami­cal tan­tôt oppres­sant (voire « mani­pu­la­teur », comme il le pré­cise). Un rêve éveillé qua­si-concret que d’au­cuns, de par le monde, qua­li­fi­raient de pen­sée métha­phy­sique, de vision néces­saire, indis­pen­sable, mais qu’on qua­li­fie dans les cultures occi­den­tales de délires, de fruits d’une psy­chose, à soi­gner par la médi­ca­tion, qui feraient tou­jours par­tie de lui mais moins dou­lou­reu­se­ment. L’équilibre est là, dans la pos­si­bi­li­té de vivre heu­reux par une quête d’ab­so­lu, de beau­té uni­ver­selle, mal­gré un petit bon­homme qui invente, tiens com­pa­gnie ou mar­ty­rise — lui qui a pris vie dans une enfance maltraitée.

Le cou­rage, l’éner­gie qu’il a mis dans sa quête furent par­fois ragaillar­dis­santes alors que l’a­mour le rete­nait, para­doxa­le­ment, à des ports d’at­tache où le voyage était deve­nu local, amou­reux, et donc mis en pause, et celui-ci, non-dimi­nué, le pro­pul­sait tout autant vers des régions nou­velles le moment venu.

Je suis par­fai­te­ment admi­ra­tif de ce copain qui, à 27 ans, en a pas­sé quatre et demi loin de chez lui (par inter­mit­tences) mais en son corps, en sa foi en l’hu­main et en lui-même, embras­sant l’ins­tant déci­sif où l’on est ce que l’on fait et regarde. Il s’est fait la belle, la plus belle, sans mau­vais jeu de mots, la ronde et bleue. Toutes les pho­tos pré­sentes dans cet article, y com­pris l’i­mage de cou­ver­ture, sont de Léo, pho­to­graphe de for­tune très doué.

Bonne écoute.

Stanislas
  1. Le tour du monde dans sa chambre Léo Thiry 26:58
  2. leo-thi­ry-diag­nos­tic-dans-sa-chambre 8:48
  3. voloco_​track_​1639488871000 2:37


🌏

23 mars 2022, ajout.
Stan Printer

Poète et essayiste amateur. Féru de technologies, de toutes créations artistiques. Connait la psychiatrie comme patient borderline depuis 24 ans. Souhaitant ici apaiser le dialogue entre toutes parties de la psy moderne et faire rencontrer des mondes qui s'affrontent ou s'ignorent. Prêt à dénoncer toute injustice subie par les malades psychiques quel que soit leur mode de prise en charge. Amoureux du genre humain.

2 Comments

Commentez dingue !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.