Léo, un schizophrène autour du monde 1
Uncategorized

Léo, un schizophrène autour du monde

2 minutes de lecture
Léo, un schizophrène autour du monde 2

Tourner autour de soi, si le périple est convainquant par son puissant fond introspectif, n’épanoui pas plus qu’une virée en manège de carnaval ne saurait le faire, c’est-à-dire les yeux sortis d’une orbite pour en épouser une autre, sans décentrement, et tournant la tête plus que l’humeur, sinon un instant.

Léo, se cherchant toujours, a accompli un exploit par une « fuite », comme il le caractérise : faire le tour du monde. Schizophrène léger, il a su se projeter vers des moments sombres et à la fois s’aider lui-même par son double, tantôt amical tantôt oppressant (voire « manipulateur », comme il le précise). Un rêve éveillé quasi-concret que d’aucuns, de par le monde, qualifiraient de pensée méthaphysique, de vision nécessaire, indispensable, mais qu’on qualifie dans les cultures occidentales de délires, de fruits d’une psychose, à soigner par la médication, qui feraient toujours partie de lui mais moins douloureusement. L’équilibre est là, dans la possibilité de vivre heureux par une quête d’absolu, de beauté universelle, malgré un petit bonhomme qui invente, tiens compagnie ou martyrise — lui qui a pris vie dans une enfance maltraitée.

Le courage, l’énergie qu’il a mis dans sa quête furent parfois ragaillardissantes alors que l’amour le retenait, paradoxalement, à des ports d’attache où le voyage était devenu local, amoureux, et donc mis en pause, et celui-ci, non-diminué, le propulsait tout autant vers des régions nouvelles le moment venu.

Je suis parfaitement admiratif de ce copain qui, à 27 ans, en a passé quatre et demi loin de chez lui (par intermittences) mais en son corps, en sa foi en l’humain et en lui-même, embrassant l’instant décisif où l’on est ce que l’on fait et regarde. Il s’est fait la belle, la plus belle, sans mauvais jeu de mots, la ronde et bleue. Toutes les photos présentes dans cet article, y compris l’image de couverture, sont de Léo, photographe de fortune très doué.

Bonne écoute.

Stanislas
  • Léo, un schizophrène autour du monde 3
  • Léo, un schizophrène autour du monde 4
  • Léo, un schizophrène autour du monde 5
  • Léo, un schizophrène autour du monde 6
  • Léo, un schizophrène autour du monde 7
  1. Le tour du monde dans sa chambre Léo Thiry 26:58
Partager

Autodidacte, poète et essayiste amateur. Féru de technologies, de toutes créations numériques. Connait la psychiatrie comme patient borderline depuis 20 ans. Souhaitant ici apaiser le dialogue entre toutes parties de la psy moderne et faire rencontrer des mondes qui s'affrontent. Prêt à dénoncer toute injuste subie par les malades psychiques quelle que soit leur mode de prise en charge. Amoureux du genre humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *