Pensée I (Andréa) 1
Amour,  Droit des hommes,  Droits des Femmes,  Émois,  Humaniste,  LGBTQI+,  Liberté,  Livre à venir,  Passion,  Pensée,  Poésie,  Projets pour un meilleur monde,  Psy & plus

Pensée I (Andréa)

Moins d'une minute

Debout, jeune Padawan !
Souviens-toi de la signature de l’automne qui fait tomber les nouvelles du ciel et qui couve en son sein les graines du printemps qui vient,
À l’abri du froid et nourri par l’imaginaire de notre hibernation.
Le temps est propice au recueillement,
Le chapiteau verdoyant des forêts baignées de lumière appelle notre cœur battant et nos yeux d’enfant,
Là où les superstitions se métamorphosent en paréïdolies,
Là où l’univers se tort pour nous donner la chair de poule,
Jusqu’à ce que nous trouvions un réconfort dans la fleur discrète ou la cabane secrète.
Le moment est venu de renouer avec son âme éparpillée,
Celle qui sait prendre soin des objets imprégnés de notre odeur,
Celle qui confère à l’esprit toute sa valeur,
Dans un mystérieux entre-deux où règne la chaleur du feu sacré,
Allumé en l’honneur du ciel nocturne qui exhibe à la profondeur de nos candides pupilles ses grains de beauté constellés en créatures mythiques,
Et où le guerrier antique trône en messager des vœux qui s’étiolent dans le sillage des étoiles filantes.
A présent le conquérant n’est plus aussi sûr de lui,
Et il se fait tout petit devant l’impétuosité du cosmos en expansion dans un effet de surprise,
Où danse la mort sublimée en arc-en-ciel par nos orbites carnés assoiffés de liquides colorés,
Cette substance psychédélique disposée à matérialiser les nébuleuses de nos fantasmes et les spectres d’un passé pourtant révolu,
Où le choix s’est fossilisé en regret et les baisers en amertume.
C’est oublier que le soleil fait fondre la glace et que la lune charie les eaux à la manière d’une berceuse caressant les songes familiers de nos joues d’enfant rescussité sous les chatouilles de nos cils aux paupières volatiles comme les ailes du papillon bleu à la teinte sensuelle du lotus éternel.
Comme dans un sursaut printanier,
L’innocence glisse vers le verger aux fruits mûrs dans une attraction pure et spontanée,
Là où les mains font naufrage et où l’être s’abandonne dans la pulpe juteuse mise au jour par l’astre vénéré :
Char enflammé pour l’un,
Étoile du matin pour l’autre.

Andréa Cabanes, 11 février 2021.


Choix d’Andréa.
Partager
  • 62
    Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *