Pensée X (Stan) 1
Amour,  Appel,  Automatique,  Droit des hommes,  Droits des Femmes,  Émois,  Humaniste,  Incarcération,  Incendie/Incident,  Ivresse sur la voix publique,  La vie en psy,  Liberté,  Passion,  Pensée,  Poésie,  Prison,  Uncategorized,  Violence,  YouTube

Pensée X (Stan)

4 minutes de lecture

Poème écrit automatique, fin : 23h13. Rédigé complètement bourré – « Naissance » 💙

Parleur de voix-off de jingle de Gouvernement ou de publicité sanito-évasive, de jargon qui se prend au dehors du trottoir c. pour un autre vocable, qui es-tu ? Tu es comme nous : aussi navré par ce à quoi tu t’emploies que les pilotes de trotinettes électriques sur un pavé beurre de crème du souffle d’entre les rues, ou sous la clanche de bitume ; toujours le trousseau est magiquement caché sous le paraître salutaire d’un glissement de mains sur le guidon Deliveroo, Uber Eats, Just Eat !! Aux Noirs, aux astèques, aux Singalais : les droits de passage. Les rayons pleins pour des milliards d’€ ne sont qu’hivers à la Cheminade des livreurs de bacon sous tranche de bread salubrium ; de Comté, de margarine et estouffade de lundi, midi ministère. Prenons le métro. S’il faut des cannes à votres jambes gauches, parti faible et vainqueur, jusqu’où vous mèneront vos slips entâchés de sperme de la veille ? Quel est l’Or qui s’éteint pour un Argent de tissu souple ? Regardez-la, la Belle Insta : rien n’est plus pauvre que son jade de clin d’œil de minaudière. Qui regarde-t-elle dans le capteur 108 Mpx qui n’ait pas déjà le foutre étalé dans la grandeur de son brâme, n’est plus Amour que ce qui calme l’Ésprit-clin-d’yeux. Trois toutes : jeux de dames ; n’avez-vous pas cillé de la brune paupière quand le sein s’est rondouillardement offert aux gigas de nos Yeux d’hommes maux éconduits ? Trois yeux pour un entendement, malaise du musicien, richesse du plasticien, gomme de plomb pour crayon de mâche. Vous qui je parle, je suis Whiskey’ ! Et donc Red Bull de savoir braire en la prairie, où sont convoités charmes et saules ; des mammifères. Les Dames aux échecs, c’est une grande Histoire inscrite dans ces trucs Gibert Jeune de soutien solaire… Jeu passe. Premier amant est malheureux de se savoir l’ouvreur de ciel. Ombrages d’août, et pieds glacés. Diminue cher chuintement d’oreilles, siffle suraiguë : le plus tard je m’endorme, le moins abdicateur est l’acouphène, à deux, à trois, quand l’instant passe où tu y penses (à la sirène d’une ville prospère). Fermer les yeux ? Difficile à dire, rien à boire ! Quand on bêlait autrefois que l’existence était injuste, c’était pour un homicide de juge. Hier soir, ce matin d’avant-clair, j’ai pressé le déclencheur de la front cam de 20 mégas. C’était pour Toi, et donc pour moi. Le message filtre auprès des lames ; une de rasoir, contre mes avant-bras, c’était deux larmes d’il y a trois mois. Le Sang qui roule, sur le carreau beige de la chambre. Dans un youth hostel, c’eût été d’une grande préscience. L’éponge qui croît en la mer douce n’a pas de sel en le parterre hospitalier. Ce fut l’Ultime ; la fin d’un monde, la mort battue. Une porte à verrous d’un côté, une clef de soignants par l’avant : iniquité ! Voir le gris du ciel, sur ordonnance, longue d’un A4 plus fier que Nous. Chaussures étanches. Depuis l’abris dessous un arbre, en la ville de Charenton dans la Marne, je suis revenu au lit mémoire : formes décaties. Un saut, 4 niveau. Et le boss du premier Monde était vaincu. 5 sens ouverts, depuis la verge, depuis les lèvres ; rencontres hostiles entre une défroquée bipolaire et un jeune homme cent fois lâché. C’est la poubelle, c’est nu Monsieur que vous avez conduit la chaire de l’Univers des hontes maudites. Ciel bleu d’Azur ? Où est ton chien ? Sur Instagram, fête des canins, aux dons des joueurs de charmes, langue râpée comme une laisse, on vous prend droit, la Brèche cachée, l’aboiement drôle ! Cinq étages : des condiments. – 1 fortune. Mathilde a dit : « S’ils avaient été six, tu ne serais pas mort-presque, mais tout-à-fait. » Sont des plafonds trop observés, à langueurs d’âges. 18 printemps : 4 paquets par jour, c’est légende ! Des Gold Leaf en vingt cylindres de tabac, sans adjuvants. Papa gâté. Femme et fille abandonnées sur le périph’ de l’Europe. Lisbonne est larve, avec ses lunes apprivoisées : un Salazar et deux amis. Tout sort d’ailleurs ! C. Elle b.êlle du Cassis, la ville ancienne. La bienveillance, le regard Grand, l’Amour vaincu qui se Démène !! Un repas m’attend au salon. Moi, j’attends de débourrer pour m’y complaire. Lola le dut, Stan et mordu. Et cette exclamative extase ? D’où êtes-vous, mesdemoiselles ?! Bipolaire, bisexuelle, bipartite, l’Assemblée. Et les pédés qui vont au nu. C’est une image sans insulte par temps obscurs. Deux hommes s’aiment, rien n’est fané, la pureté belle, plus de damnés. Je saute en scelle, l’huis du mois d’août, la bleue prunelle et le bagout. Croissant de lune : à l’instant où je consulte mon appli’ Lunescope, la Lune est pleine pour 2%, 13 jours restants. C’est peu de monde ! Dans quel reflet se reverra l’anémone au visage pâle ? — Soleil, va, s’il-te-plaît, sur la mer noire. C’est du sel pour tous les étés, printemps pluvieux me le rappellent. Depuis l’empreinte, la Digitale, qui nous a dit qu’au numérique rien ne lovait ? Apprendre la pluie : c’est jour d’avril, « ne te découvre pas d’un fil », un pull trouvé chez la Madre a déjà plût au de fauteuil. François, filons ! Loin de là #Psy… À d’Arbanville, la lady lay, et je l’exile ! Une caméra, deux oripeaux, trois enfants nus : c’est la parole. Au fur et à mesure que le J&B glisse dans les pieds, je vois plus clair, j’entends plus dru. Maintenant j’ai froid, on m’a gueulé dessus que fumer dans la chambrée n’était convenu. Appel à faire, messages à suivre. Deux amants-là voient séparée la taijituke, la plus fébrile, où l’orage dort. L’Amour est roi. Ne peut plus qui ne voulons pas. Dehors Socrate, vive le Fénec ! Amour avec ! 💗💗💗 [Maintenant je débourre et je souffre.] → #NePasMeRelire 🚬🚬🚬🚬🚬🚬🚬🚬🚬🚬🚬—*

Stanislas Dejoie, 10 avril 2021


https://instagram.com/occupationodeon
Partager
  • 2
    Shares
Avatar

Autodidacte, poète et essayiste amateur. Féru de technologies, de toutes créations numériques. Connait la psychiatrie comme patient borderline depuis 20 ans. Souhaitant ici apaiser le dialogue entre toutes parties de la psy moderne et faire rencontrer des mondes qui s'affrontent. Prêt à dénoncer toute injuste subie par les malades psychiques quelle que soit leur mode de prise en charge. Amoureux du genre humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *